Il ya certaines questions qui doivent être abordées pour mieux comprendre et améliorer la gestion de la beauté pittoresque

Premièrement, le modèle classique, note préférence fondée sur la scène fixe et la direction, pourrait ne pas refléter suffisamment la réalité de l’expérience visuelle. Plutôt, la préférence visuelle et scénique est interprétée d’une expérience spatiale. Deuxièmement, les prédicteurs sont choisis en fonction de la mesure de la composition des éléments du paysage affichés dans l’image.

La mesure ne représentent pas nécessairement le contenu de l’environnement physique. Troisièmement, jugements de préférence pittoresque sont des tâches complexes. Analyse de régression linéaire simple, avec un degré limité de liberté et de certaines contraintes statistiques, ne peut représenter la complexité des jugements humains. ^

Un modèle intégré a été développé par … intégrant le modèle Scenic Beauté Estimation (SBE) (Terry, 1976), la système d’information géographique (SIG) et le réseau de neurones artificiels (ANN). Les résultats ont suggéré que le modèle intégré peut être utilisé comme un mécanisme de préférence panoramique automatique pour l’élaboration des politiques. Implications pour la recherche future sont également suggérées. ^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>